2014 |

Colloque 39th Annual Meeting of Social Science History Association (SSHA), Toronto, Ontario, CA, 6-9/11 2014

MàJ : 13/01/2015

39th Annual Meeting of Social Science History Association (SSHA), Toronto, Ontario, CA, 6-9 November, 2014

General topic: “Inequalities: Politics, Policy, and the Past” http://www.ssha.org/ Family/demography network

Organisers: Antoinette Fauve-Chamoux, CNRS/EHESS-Paris (Centre de Recherches Historiques) fauve@msh-paris.fr (Alternative email : achamoux@yahoo.com) and Laurent Herment, CNRS/EHESS-Paris (Centre de Recherches Historiques) herment@hotmail.com

 ARE CRISES CHANGING THE VALUE OF CHILDREN INSIDE AND OUTSIDE THE FAMILY ?

LES CRISES CHANGENT-ELLES LA VALEUR DES ENFANTS HORS DE LA FAMILLE ET EN SON SEIN ?

 Version française

Dans son premier livre, intitulé "La crise" (écrit en 1796) qui est resté inédit, Thomas Robert Malthus suggère – ce qu’il développera deux ans plus tard dans son premier Essai sur le principe de population 1798, publié anonymement –1 que la croissance de la population peut être la conséquence de la prospérité économique, mais que la poussée démographique risque inévitablement de mettre en danger cette prospérité, compte tenu du manque de subsistances qui en résulte. En fait, on trouvait déjà l’idée d’une relation inverse entre la capacité financière des parents à élever des enfants et le nombre d'enfants dans La Richesse des nations (1776), Adam Smith (Livre 1, chapitre 8). Les freins « positifs » des guerres, maladies, pestes, famines et divers cataclysmes se chargeaient de réguler la population par des crises de mortalité.

Malthus a proposé la solution de « freins préventifs », comme le mariage tardif et le célibat, résultant en un moins grand nombre d'enfants, mais le pasteur considérait qu’il fallait passer par la pratique vertueuse de la « contrainte morale » et non se laisser tenter par les vices. Mais Malthus était un prophète du passé, comme Le Roy Ladurie l’a fortement exprimé (1980), car la transition démographique était déjà bien en marche.

Voyageant en Scandinavie (1799), Malthus découvre que se marier en Norvège n'était pas facile et était traditionnellement strictement réglementée : les agriculteurs et les travailleurs agricoles devaient fournir un certificat de revenu ou de propriété foncière pour être autorisés à convoler. S'engager dans le mariage pouvait leur être difficile pour des raisons économiques. Certaines femmes avaient des enfants illégitimes, des bébés qu'elles n'étaient pas souvent en mesure de garder avec elles Dans toute l’Europe, à partir de la fin du 18e siècle, de nombreux enfants illégitimes ont été abandonnés à la charité publique, en particulier en milieu urbain (principalement des mères migrantes d’origine rurale) et leur taux de mortalité était terrible. Les études sur la France et l'Italie ont montré que les mères mettaient souvent quelque chose de spécifique dans le vêtement du bébé qui pourrait servir plus tard comme une marque d'identification ; elles écrivaient parfois un bref message d'excuses, expliquant qu'elles abandonnaient leur nouveau-né par nécessité, devant travailler, femme célibataire et trop pauvre pour payer une nourrice. A Paris, après la Révolution française de 1789, de nombreuses mères prirent des nouvelles de leur enfant abandonné, mais beaucoup étaient morts. Quelle valeur attachaient-elles donc à ces enfants ? D’ailleurs une partie des enfants abandonnés étaient d’origine légitime.

En 1960, Philippe Ariès a publié une étude majeure, soutenant que l'intérêt des parents à investir dans leurs enfants, dans leur éducation et leur bien-être s’est développé avec la Renaissance en Europe. Les recherches se développèrent alors dans de nombreuses directions, avec des approches multi-disciplinaires, sur l'âge au mariage, les modèles de co-résidence, l'illégitimité et le service domestique. En Europe, John Hajnal (1965, 1983), Peter Laslett (1965,1977, 1983), Jack Goody (1976, 1996), Michael Mitterauer (1983, 1990), Richard Wall (1987), entre autres, proposent des modèles qui sont vivement discutés parmi les historiens, les économistes, les démographes et anthropologues de la famille.

1 Pour les éditions de l’Essai, voir Fauve-Chamoux, 1984. 

 

Parmi les principales grandes questions qui subsistent aujourd'hui :

  • Comment le passage d'un monde essentiellement rural, proto-industriel à un monde industrialisé a-t-il modifié les réactions des familles confrontées à des crises et des changements à grande échelle (par exemple la Révolution française de 1789, les guerres d'indépendance, effondrement du communisme, etc.) ?
  • Quel fut l’incidence de ces changements sur les stratégies individuelles et familiales, concernant la taille de la famille, la garde des enfants, la participation des enfants à la population active, leur mobilité -selon l'âge et le sexe -, et l'économie de la famille ?
  • Quand l’enfant représentait-il une valeur élevée ? -Y avait-il une différence de traitement entre les garçons et les filles? -Le concept de l'enfant utile s’exprimait-il, pour fille ou garçon? -À quel âge un fils (ou une fille) était-il (ou -elle) appelé à travailler dans la maison ou en dehors? -Le travail des enfants était-il rémunéré ou évalué sur une base de d’échange ? -Dans quelle mesure le célibat féminin était-il encouragé afin de garder une main d’œuvre féminine à la maison en réserve pour le travail supplémentaire, baby-sitting, soin aux membres malades ou âgés de la famille, ce qui permettait en même temps de réaliser des économies? -Dans quelle mesure le système de transmission familiale affectait-il la circulation des enfants jeunes et adultes) dans la société ? -Dans quelle mesure le système de la dot vs le système du prix de la fiancée affecte-t-il la valeur financière et symbolique des enfants ?

Dans cette session, nous aimerions bénéficier de nouveaux témoignages, de nouvelles expériences et de sources quantitatives (par exemple l’utilisation de quelques grandes bases de données aujourd'hui disponibles, avec des milliers d’histoires de vie), proposer un nouvel éclairage sur ces vieilles questions, afin de clarifier les tendances à long terme et les variations des modèles de valeur de l’enfant et du jeune adulte, dans une perspective statistique comparative et une optique de genre.

Références bibliographiques

Aries, Philippe, 1960, L'Enfant et la Vie familiale sous l'Ancien Régime, Paris, Plon (Aries, Philippe, 1962 Centuries of Childhood: a Social History of Family Life). Fauve-Chamoux, Antoinette (ed.), 1984, Malthus hier et aujourd'hui, Paris, Editions du CNRS. Fauve-Chamoux, Antoinette (ed.), 2004 Domestic Service and the formation of European Identity: understanding the globalization of domestic work, 16th-21st Centuries, Peter Lang, Bern. Goody, Jack, Thirsk, Joan, Thompson, E. P. (eds.), 1976, Family and Inheritance: Rural Society in Western Europe, 1200-1800, Cambridge, Cambridge University Press. Goody, Jack, 1996, The East in the West, Cambridge, Cambridge University Press. Hajnal, John, 1965, “European Marriage Patterns in Perspective”, Population in History, David V. GLASS and D.E.C. EVERSLEY (eds), London, Arnold, pp. 101–140. Hajnal, John, 1983, “Two kinds of pre-industrial household formation system”, Family Forms in Historic Europe, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 79–90. Laslett, Peter, 1965, The World we have Lost, London, Methuen. Laslett, Peter, 1977, Family life and illicit love in earlier generations. Cambridge: Cambridge University Press. Laslett, Peter, 1983, “Family and household as work group and kin group: areas of traditional Europe. Compared”, in Family forms in Historic Europe, Richard Wall, Jean Robin and Peter Laslett (eds), Cambridge, Cambridge University Press, pp. 513-563. Le Roy Ladurie, 1980, Préface, in W. Petersen, Malthus, le premier anti-malthusien, Dunod, Paris, pp. V-XV. Malthus, Thomas Robert, 1980 (1798), Essai sur le principe de population, Traduit par Eric Vilquin, Paris, Editions de l’INED. Mitterauer, Michael, 1983. Ledige Mutter. Zur Geschichte illegitimer Geburten in Europa. Munchen: Beck. Mitterauer, Michael, 1990, “Servants and youth”, Continuity & Change, 5, 1, pp. 11-38. Wall, Richard, 1987, “Leaving home and the process of household formation in pre-industrial England”,Continuity & Change, 2, 1, pp. 77-101.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Les intermédiaires dans la relation de travail dans les sociétés esclavagistes et post-esclavagistes, XVe siècle à nos jours

Appel à communication - Samedi 1 mars 2025 - 18:00ArgumentaireDans la vaste question du travail contraint et forcé, les intermédiaires, placés à l’intersection des statuts de libre, d’esclave ou d’engagé, jouent un rôle central, quoique relativement négligé par l’historiographie. Ce numéro 'Esclavages & post~esclavages / Slaveries & Post~Slaveries (n°13, 2026, CIRESC), dirigé par Alessandro Stanziani (GRHEN), propose d’exposer leurs situations dans le long terme, du moment de la traite à cel(...)

- Lire la suite

Hugo Souza de Cursi, lauréat de la bourse d'aide à publication de l'IDA 2024

Prix et distinctions -L’ appel à publication de thèses lancé par l’Institut des Amériques (IDA) a vocation, chaque année, à attribuer une aide financière à de jeunes docteurs en sciences humaines et sociales dans le cadre de projets de publication de leur thèse. Les thèses récompensées abordent des thématiques en lien avec les Amériques.Parmi les trois projets retenus dans le cadre de l’appel lancé par l’IDA pour l’année 2024, et soumis à l’acceptation définitive des Presses universitaires d(...)

- Lire la suite

Prix de la pensée européenne 2024

Prix et distinctions -Le premier prix de la pensée européenne, créé par des intellectuels engagés, a été remis le 16 mars 2024 à Conques, dans l’Aveyron. L’objectif est de promouvoir un idéal démocratique européen qui réponde aux enjeux environnementaux et sociaux du monde.Associé à un colloque de fond "Le réveil de la pensée européenne ?" qui sest déroulé les 16 et 17 mars au Centre européen de Conques (retransmis en direct avec Philosophie Magazine), et présidé par le philosophe Dominique(...)

- Lire la suite

ERHIMOR

EHESS-CRH

54 boulevard Raspail
75006 Paris


Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42
ou : +33 (0)1 49 54 25 74
Fax : +33(0)1 49 54 23 99

Dernière modification :
18/04/2018